Feeds:
Articles
Commentaires

Par Rodrigo Nogueira
Adaptation: Barbara et Jean-Jacques Fontaine

L’armée avait été déployée il y 7 mois au « Morro da Providencia », une favela du centre de Rio de Janeiro, pour garantir la sécurité d’un projet politico-électoral de réhabilitation des logements. Entachée de tensions entre les militaires et la population, l’expérience s’est terminée par le massacre de 3 jeunes gens, livré par une dizaine de soldats à un groupe de trafiquants d’un bidonville rival. Viva Favela s’est rendu au « Morro da Providencia » pour recueillir le témoignage des habitants sur les semaines qui ont précédé cette tragédie.

Lire la suite »

Publicités

Par Renata Sequeira
Adaptation: Barbara et Jean-Jacques Fontaine

La maison qui porte le numéro 10, dans la communauté de « Caminho da Cachoeira », à Jacarepaguá, zone ouest de Rio de Janeiro, n’est pas tout à fait comme les autres. Elle résonne de cris et de rires juvéniles. Les enfants viennent en effet y apprendre les rudiments de la science et de la santé… en jouant ! L’expérience a valeur d’exemple pour d’autres favelas du Brésil, qui abritent une importante population de jeunes sans formation et d’enfants mal scolarisés.

Lire la suite »

Par Fabiana Oliveira
Adaptation: Jean-Jacques Fontaine

A Rio de Janeiro, les habitants des favelas doivent non seulement faire face aux problèmes de la vie quotidienne, mais encore affronter régulièrement la peur d’être pris pour des trafiquants ou accusés de collaborer avec eux. Viva Favela a rencontré 3 témoins qui ont été victimes de ce type d’erreur à l’occasion d’une opération de police dans leurs communautés. Une expérience traumatisante qu’ils essayent aujourd’hui de surmonter.
Lire la suite »

Par Landa Araújo
Adaptation: Jean-Jacques Fontaine

Rues encombrées, arrêts d’autobus bondés, foule de gens pressés de rentrer chez eux, c’est en géneral le portrait d’une grande ville. Mais imaginez rencontrer un pied d’avocat devant le bar du coin, un bananier en pleine rue, un plan de canne à sucre à l’entrée de l’immeuble ! Ou encore un buisson d’acerola [ndtr : sorte de cerisier tropicale] dont vous pouvez cueillir un fruit en passant. Dans la périphérie de Rio de Janeiro, de plus en plus de citadins s’adonnent à cette forme d’agriculture urbaine, un retour à la terre qui fait revivre la nature en ville et permet de récupérer des espaces abandonnés.
Lire la suite »

Par Claudio Costa
Adaptation: Jean-Jacques Fontaine

Les « Chapas », vous les verrez, plantés le long de la Via Dutra, -l’autoroute qui relie Sao Paulo à Rio de Janeiro, quelque soit le jour ou l’heure. Ils se regroupent là où les camionneurs ont besoin de leurs services, pour décharger ou pour les aider à trouver leur chemin afin d’éviter les risques d’agression en cours de voyage. Les « Chapas », littéralement « ceux qui sont sur la liste », sont les dockers du bitume.
Lire la suite »

Par Bolivar Torres
Adaptation: Fanny Pierre Galarneau et Pierre Le Duff

Le 8 octobre 2005, la Mairie a inauguré au Morro da Providência le projet Favela-Bairro [favela-quartier] [n.d.t le Morro de la Providence est une communauté localisée entre les quartiers de Santo Cristo et Gamboa dans la zone portuaire, zone centrale de la capitale Fluminense] En plus de différents travaux d’urbanisation, plusieurs édifices ont été restaurés afin de transformer la favela la plus ancienne de Rio de Janeiro en une sorte de «musée vivant» baptisé le Musée à ciel ouvert. Outre ces réformes, l’idée avait aussi surgi de mobiliser les citoyens et différents organes de la police civile et militaire afin de réaliser des visites guidées pour augmenter la visibilité de ce riche patrimoine culturel.
Lire la suite »

Famille moderne

Par Fabiana Gonçalves
Adaptation: Fanny Pierre et Pierre Le Duff

Il est six heures du matin, mais Zoraide Gomes, 36 ans, habitante du Morro dos Prazeres, dans le quartier de Santa Teresa, est debout depuis bien longtemps. Pour amener ses enfants au collège? Pour préparer le dîner? Pas du tout. Dans son emploi du temps, il y a d’autres priorités qui priment bien avant les travaux domestiques. Et le temps, c’est ce qui manque le plus dans le quotidien de cette Pernamboucaine [originaire de l’État du Pernambuco, Nordeste brésilien].
Lire la suite »